Le changement climatique en Normandie. Quels effets sur les sociétés ?

Après des décennies de polémiques et d’absence d’écoute des messages d’alerte des scientifiques, il est désormais admis que le changement climatique est une réalité, que ces nombreuses conséquences sont en marche à l’échelle de la planète et que le rôle de l’homme au travers des émissions des gaz à effet de serre est incontestable.

Créé dès 1988 par l’ONU, le groupe d’experts inter-gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) travaille actuellement à son sixième (déjà !) « cycle d’évaluation du climat ». Il s’organise en trois groupes de travail différents mais très complémentaires qui essaient de répondre à trois grands types de questions : bien identifier les fondements physiques du changement climatique ; mesurer son impact sur l’humanité (vulnérabilité) et imaginer des capacités d’adaptation ; proposer des mesures d’atténuation du changement climatique.

Le premier volet de ce sixième rapport est sorti en août 2021.Il dresse un tableau encore plus inquiétant que les précédents. La limite de 1,5 °C de réchauffement global, que l’Accord de Paris sur le climat de 2015 fixe à l’horizon 2100, sera probablement dépassée avant 2040. La hausse du niveau des mers est à nouveau réévaluée pour atteindre voire dépasser le mètre, selon les scénarios, à échéance 2100, en cas d’une hausse des températures atteignant les 3-4 °C.

Les graphiques de ce numéro s’appuient le plus souvent sur les deux scénarios RCP extrêmes : le RCP 2.6, le plus optimiste qui supposerait des politiques très volontaristes de réduction des gaz à effet de serre pour contenir la hausse moyenne des températures en deçà de 2 °C, et le RCP 8.5 (scénario pessimiste mais réaliste) qui verrait la température augmenter de 3-4 °C.

Bien que global, le changement climatique est très inégal d’une partie à l’autre de la planète. Il est donc important de savoir où nous en sommes dans une région comme la Normandie, notamment du fait de sa façade littorale et de l’axe de la Seine, à fortes aménités économiques et environnementales qui seront particulièrement concernées par les inondations…

C’est la raison pour laquelle le conseil régional a innové en mettant en place en 2019 un « GIEC normand » composé de 23 experts techniques et universitaires de Caen, Rouen et Le Havre et relevant de disciplines différentes. Ce groupe de travail a rendu des rapports consultables en ligne sur le site normandie.fr.

Comme le GIEC international, il aborde des problématiques très variées qui relèvent à la fois du constat actuel, des évolutions futures possibles et de leurs conséquences sur la société.

Ce sont les faits saillants de ce rapport régional qu’évoque ce dossier d’Études normandes. Nous souhaitons vivement que cette publication contribue à une meilleure sensibilisation de tous les Normands à ces enjeux climatiques majeurs d’aujourd’hui et de demain.

Pr Stéphane Costa, géographie et environnement, université de Caen Normandie, et Pr Benoît Laignel, géosciences et environnement, université de Rouen Normandie, co-présidents du GIEC normand et experts au GIEC international

Nouveau numéro