Le département de la Manche, des lieux et des gens

En juin 2018, la parution d’un Atlas de la Manche (OREP) mettait le département de la Manche à l’honneur. Réalisé à l’initiative d’universitaires caennais, cet ouvrage identifiait les caractéristiques démographiques, paysagères, sociales, économiques et culturelles d’un espace rarement travaillé par la recherche. Cette nouvelle livraison d’Études normandes, consacrée au même département, est le fruit d’une démarche qui s’en démarque. Fondée sur une approche sensible, elle convie le lecteur à découvrir la Manche à travers de petites touches qui soulignent son originalité et quelques raisons de s’y attacher.

Pour les Manchois, natifs ou d’adoption, cet espace laisse rarement indifférent. Les témoignages affectifs ne manquent donc pas à son égard : de l’éleveur à l’ostréiculteur, de l’ouvrier au cadre, du romancier au peintre, du touriste au sportif, ceux qui vivent ou découvrent la Manche en sont profondément marqués. Les raisons ? Des paysages contrastés, un réseau maillé de villes, bourgs et villages, des économies de terre et de mer dont les meilleurs produits irriguent l’espace européen, des savoir-faire reconnus, la passion du cheval, des hauts lieux du tourisme, des hommes et des femmes attachés à leur territoire.

Toutes ces raisons qui conduisent à aimer ce département sont esquissées dans ce numéro dont la finalité n’est pas l’exhaustivité. Par portraits successifs, ce dossier consacré au département le plus occidental de la Normandie réunifiée est avant tout un objet de découverte. Car vu de Caen, vu de Rouen, ce département ne souffre-t-il pas d’une certaine forme de méconnaissance ?

Derrière le Mont-Saint-Michel, les plages du Débarquement, Cherbourg, Saint-Lô, beaucoup d’autres facettes sont à découvrir. Les articles qui suivent en donnent un petit aperçu. Par la forme et la diversité de ses espaces côtiers inégalement mis en valeur, par l’originalité de son organisation territoriale, par le rôle structurant de son agriculture et de ses élevages, par la capacité d’innovation de nombreuses entreprises, par le foisonnement de ses activités culturelles, la Manche ici présentée met en exergue des lieux et des gens qui l’incarnent.

Loin de « tout », ce département n’en reste pas moins connecté au monde. Les défis du début du xxie siècle, liés au nucléaire, au Brexit et plus largement aux chantiers des transitions agricoles, énergétiques, écologiques, incitent à le découvrir. Ses atouts ne manquent pas : ce numéro d’Études normandes en fournit quelques preuves.

Nicole MATHIEU, directrice de recherches émérite au CNRS,
et Philippe MADELINE, professeur de géographie à l’université de Caen Normandie, UMR CNRS ESO-Caen

Nouveau numéro

Le département de la Manche,des lieux et des gens