Édito

Le numéro 1-2017 de la nouvelle formule d’Études normandes, consacré notamment aux parcs naturels régionaux en Normandie, a reçu un excellent accueil. Des lecteurs assidus nous ont exprimé leur satisfaction. Ils ont apprécié le format magazine, des ­illustrations en couleurs nombreuses, une mise en pages élégante, des textes plus courts mais écrits par des experts des sujets traités.

Grâce à la qualité du réseau de distribution des éditions OREP, notre revue est désormais présente dans de nombreux points de vente (librairies, principales maisons de la presse) et nous nous honorons d’abonnements de grandes bibliothèques ou universités étrangères (Genève, Munich, Tel Aviv, New York, Harvard...). Nous bénéficions aussi du soutien du conseil régional de Normandie qui a décidé d’abonner à Études normandes tous les lycées et centres de formation d’apprentis. Ainsi les jeunes et leurs enseignants pourront-ils avoir accès à des connaissances variées et solides sur leur région.

Ce numéro 2-2017 fait une large place à la ville du Havre. Études normandes se ­devait de célébrer à sa manière les 500 ans de cette « ville nouvelle », née de la ­volonté de François Ier. Bruno Lecoquierre, géographe, professeur à l’université du Havre-Normandie, a su réunir autour de lui un panel d’universitaires ou d’experts qui nous proposent de découvrir de multiples facettes de cette ville attachante ayant réussi brillamment puisque son port est, en valeur, le plus important de notre pays. De nouveaux regards sur son passé sont proposés à l’occasion de la sortie d’un livre qui fera date, fruit des recherches récentes d’un groupe d’historiens havrais. Né une deuxième fois après les terribles bombardements de la Seconde Guerre mondiale, Le Havre a bénéficié d’une reconstruction tellement originale qu’elle lui a valu une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Le Havre occupe aussi une place très particulière dans l’histoire de la peinture française des XIX e et XXe siècles qu’il fallait mettre en valeur. Ces deux aspects spécifiques font chacun l’objet d’un article. Enfin, une « balade épistolaire et littéraire » rappellera au lecteur que Le Havre a su inspirer de nombreux écrivains.

Comme il est d’usage dans notre revue, des Regards variés apportent des éclairages sur l’histoire (les G.I. en 1944), la géographie (la trame des bourgs et petites villes) ou l’économie (sociale et solidaire) dans notre région. Ce dernier article économique concrétise notre partenariat avec le conseil économique, social et environnemental régional (CESER).

Nous attendons avec intérêt vos remarques, propositions, sur revue@etudesnormandes.fr. Études normandes reste une association loi 1901. Nous espérons votre adhésion.

Gérard GRANIER, président d’Études normandes

Prochains numéros

N°3-2017 – Septembre 2017

  • La Normandie et l’Angleterre, hier et aujourd’hui 
    A l’heure du Brexit, où en est le lien de la Normandie
    avec l’Angleterre, qui ne s’est jamais relâché au cours
    des siècles, avec ses phases de concurrence économique
    et de connivence artistique, technique, sportive
    et touristique ?

N°4-2014 – Décembre 2017

  • La Normandie, terre d’énergies
    Aux premières places en France avec ses raffineries
    et ses centrales nucléaires, la région s’ouvre à l’éolien
    en mer et à hydrolien ! La Normandie réunit-elle les
    atouts d’une transition énergétique ?